Énergie et environnement

La ferme solaire du Maroc alimentera-t-elle bientôt l'Europe?

La ferme solaire du Maroc alimentera-t-elle bientôt l'Europe?


Pendant des siècles, le Maroc a inspiré les voyageurs par sa vitalité et son histoire passionnante. Des côtes éblouissantes au Sahara à couper le souffle, le Royaume du Maroc rassemble une remarquable variété d'aventures dans son coin d'Afrique du Nord. Désormais, le Maroc inspirera la future génération avec ses plus grandes centrales solaires au monde, qui seront installées dans le plus grand désert chaud du monde, le Sahara. Dans un proche avenir, le Maroc souhaite exporter de l'énergie solaire vers l'Europe.

Au Maroc, les besoins énergétiques augmentent chaque année d'environ 7 pour cent. Tout en répondant aux besoins croissants, le Maroc souhaite se concentrer sur les énergies renouvelables, réduisant ainsi la consommation de combustibles fossiles. D'ici 2020, le pays prévoit de produire 14% de son énergie grâce à l'énergie solaire. Cependant, d'ici 2030, avec l'aide d'autres ressources renouvelables telles que le vent et l'eau, le pays prévoit de tripler (52%) sa production d'énergie.

L'énergie solaire est en train de devenir une source d'énergie renouvelable majeure. Le potentiel énergétique caché et les avantages associés du solaire sont vastes. En juin, l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) a estimé que la production d'énergie solaire pourrait passer de 2% à 13% d'ici 2030.

Le projet est porté par ACWA Power Ouarzazate, une association d'ACWA Power, l'Agence marocaine de l'énergie solaire (Masen), Aries et TSK. En outre, le projet est développé sur une base de construction, de propriété, d'exploitation et de transfert (BOOT). Cependant, le complexe solaire sera exploité et entretenu par un consortium dirigé par NOMAC, une filiale d'ACWA Power, et Masen. En raison de la stabilité du gouvernement et de l’économie du Maroc, un financement sûr est établi. Surtout, l'Union européenne a contribué à 60 pour cent du coût.

[Source de l'image: MASEN ]

À propos du projet:

L'énorme multiplexe est situé à la pointe des hautes montagnes de l'Atlas. C'est à seulement 10 km de Ouarzazate, une ville qui sert de passage vers le désert avec un ensoleillement presque toute l'année. Les 1,400,000-sq. m. (15m SQ. FT.) Zone du désert est couverte de centaines de miroirs incurvés alignés en différentes rangées.

Au cours de la première phase du projet, une centrale solaire à concentration (CSP) de 160 MW appelée Noor I a été construite. En août 2013, les fondations de la phase 1 ont été posées et ont été officiellement mises en service en février 2016. Noor 1 a dépassé avec succès les attentes en matière de production d'énergie.

La phase deux, qui démarre en 2017, comprend la construction de deux centrales électriques à savoir - Noor II, 200 MW CSP Plant et Noor III, 150 MW CSP Plant. Alors que dans la troisième phase, qui démarre en 2018, la construction de l'usine Noor IV CSP commencera. En 2017, la construction débutera sur deux sites au sud-ouest, près de Laâyoune et Boujdour, suivis des usines près de Tata et Midelt.
Cependant, les prévisions météorologiques jouent un rôle majeur dans la production d'électricité. L'équipe opte pour diverses autres sources d'énergie lorsque le soleil est à l'abri. Par une journée ensoleillée, les miroirs géants concentrent l’énergie du Soleil sur une huile synthétique qui s’écoule dans une matrice de tuyaux. Lorsque la température atteint 350 ° C (662 ° F), l'huile chaude est utilisée pour produire de la vapeur d'eau à haute pression qui entraîne un générateur à turbine. De plus, en cas de forte demande d'électricité, la centrale continue de produire de l'énergie même après le coucher du soleil. «C’est le même processus classique utilisé avec les combustibles fossiles, sauf que nous utilisons la chaleur du Soleil comme source», explique Rachid Bayed à Masen.

Par an près de 240000 t de CO2 les émissions devraient être compensées par l'usine Noor I CSP. Cependant, les usines Noor II et Noor III combinées permettront de compenser 533 000 t de CO2 émissions par an.

Noor 2 sera similaire à la phase 1. Cependant, Noor III aura des expériences de conception telles que - l’énergie du Soleil sera capturée et stockée dans une seule grande tour plus efficace. 7000 miroirs plats entoureront la tour, qui suit et réfléchit les rayons du soleil vers un récepteur au sommet. Cela nécessite beaucoup moins d'espace que la disposition des miroirs existante. Au lieu d'huile de chauffage, l'intérieur de la tour serait rempli de sels fondus qui capteraient et emmagasineraient directement la chaleur.

La station de Ouarzazate 225/60 KV située à proximité du complexe transmettra le rendement généré par l'usine. Masen a conclu deux accords d'achat d'électricité (CAE) distincts pour retirer la totalité de la production des phases un et deux.

Cependant, la centrale solaire tire en toile de fond une énorme quantité d'eau pour le nettoyage et le refroidissement, du barrage local d'El Mansour Eddahbi. Avec la pénurie d'eau au cours des dernières années, suivie de coupures d'eau occasionnelles, il y a une pénurie d'eau pour les terres agricoles. Mais le responsable du site, Mustapha Sellam, affirme que 0,5% de l’eau du barrage a été utilisée par le complexe, ce qui est négligeable par rapport à sa capacité. De plus, l'usine apporte des améliorations sur la réduction de la consommation d'eau. Les improvisations comprennent de l'air sous pression est utilisé pour nettoyer les miroirs au lieu de l'eau; un système de refroidissement à sec serait installé pour Noor II, Noor III, tandis que Noor I utilisait de l'eau pour refroidir Steam, qui a ensuite été convertie en électricité.

[Image fournie par MASEN]

Autres bénéfices:

Non seulement le projet stimule la production d'électricité, mais aussi l'économie locale au Maroc. Pour la construction, environ 2 000 travailleurs temporaires locaux ont été embauchés. Cependant, la station pleinement opérationnelle ne nécessitera que 50 à 100 employés, tout cela grâce aux centrales solaires! Pour le rendre accessible, des routes ont été construites qui reliaient les villages voisins. Cela a aidé les enfants scolarisés. L'eau a été canalisée au-delà de l'usine reliant 33 villages.

Des usines similaires sont en cours de construction dans les régions du Moyen-Orient - Jordanie, Dubaï et Arabie saoudite. Le succès de ces centrales au Maroc et d'autres usines de construction peut inciter d'autres pays africains à se tourner vers l'énergie solaire.

En décembre 2016, le prestigieux prix «Champions de la Terre», du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), dans la catégorie «Vision entrepreneuriale», a été remis à l'Agence marocaine pour l'énergie durable (MASEN). Créé par le PNUE en 2004, ce prix récompense des leaders environnementaux exceptionnels (qu'il s'agisse d'individus ou d'organisations), qui incarnent l'inspiration, la vision, l'innovation, le leadership et l'action pour l'environnement. Masen a été récompensé pour son engagement à faire progresser l'énergie solaire, à rendre l'énergie solaire rentable et à proposer des approches innovantes de leur financement vert.

VOIR AUSSI: Tesla alimentera une île entière pour promouvoir ses prouesses en matière d'énergie solaire

Via BBC, Maroc World News

Écrit par Alekhya Sai Punnamaraju


Voir la vidéo: Munir El Haddadi est-il VRAIMENT le Bienvenu au Maroc?